Bernard Tribondeau



Dernières nouvelles du monde
September 2014

The times they are a changin'

Tout au long de l'été, je me suis demandé ce que j'allais bien pouvoir écrire dans cette chronique. La torpeur estivale me donnait l'impression qu'il ne se passait pas grand chose dans le Landernau photographique. Ou que ce qu'il s'y passait était hélas peu encourageant pour la suite…
Et puis voilà, c'est la rentrée, et c'est kiné, pardon Kina. Comme tous les deux ans, la foire de Cologne est l'occasion d'un grand déballage technologique, donc le moment ad hoc de faire le point sur les futurs jouets à commander pour Noël.
tumblr_inline_ncapofUOYX1r0y5gb
Alors quoi de neuf, docteur ?
Soyons franc, je ne parle ici que de ce qui m'intéresse, et de mes marques favorites. Ne vous attendez pas à une revue objective à 360 ° de l'offre photo 2014… Mais bon, avec trois grandes majors qui entrent dans mon périmètre d'intérêt, cela donne quand même la température.
tumblr_inline_ncappaYxkJ1r0y5gb- La palme de la ficelle marketing revient à Nikon, avec la sortie du nouveau D750. Quand j'ai lu les prémices de cette nouvelle savamment distillée sur internet quelques semaines avant la Photokina, mon sang n'a fait qu'un tour. Pensez-donc, le voilà, le successeur du mythique D700, le plus beau et le plus intelligent boîtier construit par la marque jaune (si, si…). Le temps serait-il venu de me séparer de mes fidèles machines, et par la même occasion de me délester de quelques euros sonnants et trébuchants ? Eh bien, jusqu'à nouvel ordre, rien n'est moins sûr. Certes, le D750 est une très belle bête et a presque tout ce qu'il faut pour séduire. Mais son patronyme ne suffit pas pour en faire le successeur légitime de son glorieux ancêtre. C'est plus simplement un beau boîtier « prosumer », comme on dit, avec des tripes de course dans une carrosserie light. J'attends de l'avoir en mains pour me faire une idée définitive, mais Nikon a poussé le bouchon un peu loin en com’, histoire de faire oublier la bérézina technique du D600 et l'enterrement de première classe de la série D300 (autre machine mythique…)tumblr_inline_ncapptRZ8a1r0y5gb                                                 M3 et MA … qui est qui ???
- La breloque du « je ne sais pas quoi en penser » est pour Leica. Oser sortir en 2014 le MA, boîtier argentique, copie conforme du M3 des années 60, avec les trémolos vantant le merveilleux « cloc » de l'obturateur en caoutchouc, il faut le faire, surtout pour la modique somme de 3750 euros seulement. Je ne sais pas qui va acheter ce truc, mis à part des collectionneurs invétérés pour le mettre sur les étagères, alors que l'on trouve des M4, M6, M7 à la pelle sur le marché de l'occasion pour souvent moins de 1000 euros. Personnellement, je n'échangerais pas mon vieux M6 contre ce bellâtre … Mais là ou la marque de Wetzlar frappe encore plus fort, c'est quand elle propose un M numérique sans écran de contrôle arrière… Ils sont impayables, ces allemands !!!tumblr_inline_ncapqeRvT41r0y5gb
- Nostalgie, quand tu nous tiens… Fuji, qui flirte avec un succès mérité sur la tendance vintage, propose dans ses futures machines une émulation couleur « classic chrome », autrement dit une simulation du rendu du légendaire Kodachrome. Belle idée, parce que les couleurs, chez Fuji, ils ont toujours su faire, et l'effet à l'air convaincant. Par contre, je doute que les générations actuelles soient sensibles à l'argument, car qui parmi les jeunes photographes n'a jamais utilisé cette pellicule diapositive ? Ceci étant, les appareils des petits hommes verts sont de mieux en mieux, contrairement à d'autres… Le X100 T et le X 30 « raffinent » intelligemment des recettes à succès. Well done !
En fait, la Kina cru 2014, c'est juste un peu ch…t … Du beau matériel, mais rien de bien excitant. Des améliorations plutôt que des innovations. Sans doute parce que ça y est, on est au taquet. Nos appareils, depuis quelques années déjà, sont top-notch. Le reste, c'est juste pour faire avancer le Schmilblick, comme aurait dit Papy Mougeot…
Ah, si, j'oubliais le mot magique : CONNECTE. Tout le monde l'est, toutes les marques veulent l'être, dans le sillage des smartphones. Résultat, WIFI et GPS à tous les étages, on envoie du bois à 24 millions de pixels dans les nuages, et on verra bien ce qui arrive.
tumblr_inline_ncapr6rEWM1r0y5gb
Cette vague de connectivité me remet à l'esprit un épisode lointain de mes pérégrinations photographiques. Il y a fort longtemps de cela, plus de vingt ans ma bonne dame, je bricolais sur le port de Papeete (oui, Tahiti, les îles, les vahinés…) avec ma chambre folding Horseman que j'avais emmené prendre l'air de l'autre côté du monde. Déjà, à l'époque ça intriguait, de plus dans ces contrées lointaines. En moins de temps qu'il ne fallait pour le dire, j'étais abordé par une pétillante postulante Miss Tahiti en chair et en os qui souhaitait que je la prenne en photo pour le concours…
Aujourd'hui, comme n'importe quel péquin, j'ai un compte Instagram sur lequel je m'évertue à poster depuis un an une tentative de carnet de notes photographiques plus ou moins absconces (et plus ou moins réussies…). Je suis « liké » par un tas de personnes que je ne connais pas, dont de merveilleuses jeunes filles qui sont visiblement tombées par hasard sous le charme de mes images. Comme l'adorable Peggy92 (j'ai changé son nom, question de délicatesse) qui n'en manque pas, de charmes. Mais elle ne m'a pas demandé de la prendre en photo, elle, et je soupçonne qu'elle ne le fera jamais. Tristesse infinie…
tumblr_inline_ncb93bEtnE1r0y5gb
Je ne suis pas certain que la jolie demoiselle soit vraiment fana de mes images ;-)
Rien à voir avec ce qui précède, mais respect infini, par contre, pour une jeune femme photographe iranienne, Newsha Tavakolian (
http://www.newshatavakolian.com), lauréate du Prix Carmignac, qui vient de rendre son prix pour cause de désaccord profond avec l'organisateur. Un îlot de résistance dans un océan de désordre.
« 
Aujourd'hui, je dois annoncer que suite à d'irréconciliables différences de vues concernant la présentation de mon travail, je rends l'argent de la bourse, je renonce à accepter le Prix Carmignac Gestion du photojournalisme 2014 et je romps toute coopération avec cette fondation et son créateur, le banquier d'affaires Édouard Carmignac.
J'ai accepté de concourir pour ce prix parce que je nourrissais la conviction que j'aurai toute liberté artistique pour créer un travail fidèle à ma vision en tant que photojournaliste reconnue et photographe d'art. Malheureusement, à partir du moment où j'ai rendu mon travail, M. Carmignac a insisté pour éditer mes photographies personnellement et altérer les textes qui les accompagnaient. L'interférence de M. Carmignac dans mon projet a culminé lorsqu'il a choisi un titre totalement inacceptable pour mon travail, qui aurait irrémédiablement miné mon projet.
L'insistance de M. Carmignac à changer des aspects essentiels de mon travail aurait pu avoir pour effet de transformer une tentative subtile de présenter les réalités de la vie de ma génération en Iran en une vision grossière et remplie de clichés de mon pays. Son obstination à changer le titre du projet de Blank Pages of an Iranian Photo Album (Pages blanches d'un album photo iranien) pour un titre sur-utilisé et connoté, The Lost Generation (La génération perdue) n'était tout simplement pas acceptable pour moi. “ (message extrait de sa page Facebook)
Allez, pour conclure en beauté, si vous avez cinq minutes, allez voir le travail de Laura El-Tantawy, photographe anglo-égyptienne. (
http://www.lauraeltantawy.com/) Ca rend modeste et ça calme.
February 2015
November 2014
September 2014
July 2014
January 2014
October 2013
September 2013
June 2013
May 2013
October 2011
© 2020-2021 Bernard Tribondeau Contact