Bernard Tribondeau



Dernières nouvelles du monde
Stacks Image 46
Out of Australia

"Get your motor runnin', head out on the Stuart Highway, lookin' for adventure..." Le groupe de rock local a fait sien le thème d'Easy Rider et chauffe la salle avec de vieux standards des 60's. Un samedi soir comme les autres chez Bojangle's, le seul endroit où l'on s'amuse la nuit à Alice Springs.
Alice Springs, "The Alice", est le carrefour incontournable pour tous ceux qui voyagent dans l'outback, l'arrière pays australien. Tous ceux qui font la route, la vraie, celle que des millions d'"aussies" n'ont jamais prise et ne prendront jamais, parce que trop loin, trop chaud, trop "rien", se retrouvent à un moment ou à un autre ici.
Cette route, c'est la Stuart Highway : 3000 kilomètres de bitume qui relient la Mer de Timor à l'Océan Indien, Darwin à Adelaïde. Elle passe le Tropique du Capricorne, traverse deux états, et fait office de dernière demeure pour des centaines de kangourous . La Stuart, "the Track" pour les intimes, est une légende du 5ème continent. "G'day on the road !!!"
Voir le sujet...

Ampelmann (ich bin ein berliner)

Je suis l'Ampelmann, le petit bonhomme du feu qui traverse chaque matin Prenzlauer Allee, qui passe dix fois par jour à Alexanderplatz, qui cherche le Mur ou ce qu'il en reste, se perd dans Kreuzberg, ne reconnaît pas Potsdamer Platz et a rendez-vous avec les Ailes du Désir. J'ai attendu ces moments pendant des années, «ich bin ein berliner» pour quelques jours.
Voir le sujet...

L'Isola

Tous les jours, à midi, l'horloge astronomique du Duomo de Messine joue l'Ave Maria de Franz Schubert. Cet opus accompagne ce voyage en Sicile, de Palerme à Agrigente, de Syracuse à Messine… L'isola nostra …
Voir le sujet...

Down in Albion


Down in Albion
They're black and blue
But we don't talk about that
(...)
Yellowing classics
And canons at dawn
coffee wallows and pith helmets
and an English sun
(...)
New bought classics
And canons at dawn
Terrible warlords, good warlords
and an English song
(from The Babyshambles)
Voir le sujet...

Amsterdam Selles-fies

Sortez couverts ... les cyclistes d’Amsterdam sont prévoyants. Galerie de portraits intimes…
Voir le sujet...

Cité de Ruines

"PanoRomas" de la Ville Eternelle, côté antique. Ma Cité de ruines ...
Voir le sujet...

Cave Canem (Pompei)

"Un épais brouillard arrive sur nous, courant au ras du sol comme un torrent [...] À peine étions-nous assis que nous nous trouvons dans une obscurité totale [...] Il fait aussi noir que dans une pièce sans fenêtres, lumière éteinte [...] Au milieu de tels dangers, pas une plainte, pas une parole de faiblesse ne m'échappe."
Pline le Jeune, Lettres, VI, 20 - « À Tacite », traduction Annette Flobert, Flammarion, 2002.

Voir le sujet...
Fondamente Nuove, etc.

Venise par ses "rios" et ses canaux, loin de la Place Saint Marc et du flot des touristes.
Voir le sujet...

Luz y Sombra

Un portrait de ville : Barcelone, entre ombre et lumière. Et sans Gaudi et consorts (ou presque !)
Voir le sujet...

Le Retour à Ithaque

Ulysse est de retour sur son île natale…
Voir le sujet...

No Greece

"No Greece" : c'est ce que l'on peut lire aux comptoirs d'enregistrement des ferries en partance d'Italie pour la Grèce, aux heures sombres de la crise de la dette. Un périple désabusé aux quatre coins du pays, à la recherche d'Homère et des héros d'une mythologie moderne fatigués.
Voir le sujet...

Catharsis

En septembre 2015, à l'occasion d'un long séjour en Grèce pour finaliser le projet
"A la Porte d'Apollon", j'ai interrogé des habitants de Gythio, dans le Magne, sur leur perception de la situation dans le pays, et sur leur sentiment vis à vis de leur condition personnelle. Il en a résulté une série de portraits commentés, visibles sur cette vidéo ou sur le site dédié "A la Porte d'Apollon".
Voir le sujet...

Made in Japan

3 films courts réalisés en marge d'une commande pour le tour-opérator "Vivre le Japon", à Kyoto et Tokyo. (avril 2007)
Voir le sujet...

Le dernier tour des Hommes Intègres

Depuis 15 ans, le tour cycliste du Burkina Faso, "le pays des hommes intègres", est l'une des manifestations sportives les plus populaires du continent africain.
Au delà du folklore immanquablement lié à cet événement, c'est à un véritable exploit physique que se livrent pendant 15 jours les coureurs venus de toute l'Afrique, mais également d'Europe, de Russie... et même de Nouvelle-Zélande. En effet, les étapes, de 80 à 180 kilomètres chacune, ont beau ne se courir que le matin, le thermomètre affiche très vite 40° à l'ombre. Sans parler du vent chaud du désert qui assèche la gorge et fait planer la menace d'une déshydratation fulgurante.
Jusqu'à ces dernières années, les coureurs africains participaient avec les moyens du bord : vélos antédiluviens, entraînement insuffisant. Seules leur volonté et leur endurance aux conditions extrêmes leur permettaient de bien figurer et, parfois de damer le pion aux européens.
La renommée grandissante du tour a conduit depuis cette année la Société du Tour de France à prendre en charge la direction de l'épreuve. Le Tour du Faso vit sans doute ses derniers instants authentiques. Si le dopage n'a pas encore fait son apparition - économie oblige - les règlements draconiens imposés aux coureurs découragent déjà les équipes africaines les moins bien loties. L'arrivée de "professionnels" européens ne fait que creuser l'écart entre les participants, les africains ne pouvant aligner des coureurs ayant la même pratique de la course en peloton.
Consacrant une équipe néerlandaise, spécialisée dans les courses "exotiques" ou extrêmes, l'édition 2001 du Tour du Faso est sans doute la dernière boucle des hommes intègres.
Voir le sujet...
© 2017 Bernard Tribondeau Contact